Festival Musique & Passion
Concert à l'église Saint Porchaire à Poitiers le mardi 5 avril 2016 à 20h30

L’ensemble vocal Altri Canti met en lumière la Messe Brève KV 49 de Mozart, pour chœur, orgue et cordes, en la plaçant entre des oeuvres d’autres époques, du Moyen Age au XXe siècle, qui mettent en musique les mêmes textes de l’ordinaire de la messe.

Programme 

Voyage autour d’une messe de MOZART

 

Joseph Gabriel Rheinberger  (1839-1901) : Kyrie de la messe à double chœur en mib majeur (« Cantus Missae »)

 

Giovanni Pierluigi da Palestrina ( 1526-1594) : Gloria de la « Missa Papae Marcelli »

 

Urmas Sisask (*1960) : Credo - extrait du « Gloria Patri »

 

♫ ♫ ♫ ♫  ♫ ♫ ♫ 

 

Wolfgang Amadeus Mozart  (1756-1791) : Ave verum corpus, KV 618

 

Wolfgang Amadeus Mozart : Messe brève KV 49 en sol majeur

Kyrie

Gloria

Credo

Sanctus – Benedictus

Agnus Dei

L’Ensemble vocal ALTRI CANTI présente pour ce festival une version raccourcie de son « Voyage autour d’une messe de Mozart ».

La première partie de ce voyage est constituée d’extraits de messes à travers les siècles. L’ensemble en interprète trois, volontairement dans l’ordre liturgique et non chronologique : Comme Kyrie, qui ouvre le déroulement d’une messe, a été choisi celui de la « Cantus Missae », messe a capella à double chœur de Johann Gabriel Rheinberger. Ce compositeur allemand a été maître de chapelle du roi Louis II de Bavière et est connu surtout pour ses compositions d’orgue. Dédiée au pape Léon XIII, cette messe a été écrite en 1878 et est considérée comme la plus belle de ses œuvres a capella, ajustant les règles classiques du contrepoint à une liberté d’expression romantique.

Le Gloria du programme est celui de la « Missa Papae Marcelli », écrite par Palestrina en 1562 en hommage au Pape Marcel (élu et mort en 1555), dans le but de démontrer, face aux détracteurs, que la polyphonie décriée au Concile de Trente peut tout à fait garder intelligible le texte liturgique. Par les fréquentes répartitions des 6 voix de la « Missa Papae Marcelli » en groupes de trois ou quatre, Palestrina obtient dans cette messe un très bel effet de chœurs multiples.

Le Credo choisi n’est pas extrait d’une messe, mais d’un ensemble de pièces liturgiques, le « Gloria Patri » composé en 1988 par l’Estonien Urmas Sisask. Son mode musical basé sur seulement 5 notes est inspiré du mouvement des planètes.

 

La 2e partie du concert présente l’œuvre centrale de ce programme, la Missa brevis KV49 en sol de Mozart, précédée d’œuvres de la même époque. Pour ce concert en a été choisi le célèbre « Ave verum » que Mozart composa en 1791, six mois avant sa mort, pour la fête du Corps du Christ.

La messe brève KV49 est la première d’une dizaine de messes brèves créées par Mozart. Il l’a écrite en 1768, à l’âge de seulement 12 ans. Les messes brèves de Mozart, bien au-dessus de la musique fonctionnelle de son temps, représentent une série de véritables chefs d’œuvre. La brièveté exigée par le prince-évêque Hieronymus obligeait Mozart à la concentration la plus extrême : Il n’écrivait pas d’introduction orchestrale, renonçait au maximum à des interventions de solistes et faisait le plus souvent déclamer le texte de façon homophone. Suivant toutes les règles strictes de son époque, Mozart arrive pourtant à donner à cette messe brève une grande profondeur d’expression, notamment dans le Et Incarnatus ou encore dans certains passages du Credo ou de l’Agnus Dei qui laissent déjà deviner les grandes messes et le Requiem. Le ton enjoué du Dona Nobis Pacem, après un Agnus Dei plus dramatique, est une tradition venant du 14e siècle, pour exprimer « la vraie paix entre Dieu le Père et la nature faible devenue homme », tradition respectée dans les conventions de la période classique.